La Langue de Bois -- Et le "VERT" s'empifre de la même Grandeur

Publié le par Invisible

 

Et le « VERT »  s’empifre de la même Grandeur

Et voici que le « VERT » recommence à ‘’redorer’’ les façades du futur chantier présidentiel ! Une candidate, Dominique VOINET, qui empoche le ticket, avec 57 voix de plus que son adversaire. Au fait combien sont-ils à voter ? Cela s’appelle ‘’gagner haut la main ‘’. C’est une belle victoire, il suffit de marquer un point de plus que l’adversaire, un concept américain sous toutes les coutures.

Ah oui, mais en France, il faut gagner avec le panache, la manière … c’est l’écrasement de l’autre, le mettre en bouillie, sinon il y a doute dans les comptes, pour dire au monde ensuite que nous, français, de souche gauloise, sommes les meilleurs bonimenteurs de cette Terre !

D.VOINET considère que les « Verts constituent l’ossature de l’écologie politique …». Mais voilà, dès que l’on accole le mot ‘’politique’’ à une idéologie, il y a comme une prédisposition à l’arnaque, à de l’illusoire, à se faire empapaouter chez les grecs et pour longtemps …. La voilà revenue, sénatrice attitrée, ancienne ministre de l’Ecolo qui a oublié qu’une marée noire venait de lifter les côtes bretonnes : on ne dérange pas une ministre en vacances, ben voyons !

Sa foi en ce parti – celui de l’Ecologie politique – sera celui « qui permettra la coexistence des militants, des innovateurs, des explorateurs … ». Mais alors, qui va définir ce qu’est un militant ? Un travesti de vert vêtu ? Qui se définit comme « innovateur » dans ce poker menteur ? Un fana qui plante les arbres en enfouissant les feuilles dans le sol ? Qui se définit comme « explorateur » ? Celui dont la perspicacité est de découvrir un lagon bourré de crocodiles édentés et bariolés ?

Vive les « militants innovato-explorateurs », nouvelle race d’écologistes politiques de tous poils, réveillez-vous et faites une ronde en chantant et en sursautant comme les Apaches d’antan !

Mme VOINET se réveille, et ressuscitée. Comme disait H.Herriot « Les morts vivent tant qu’il y a des vivants pour penser à eux ». A moins que ce ne soit A.Montebourg qui ait découvert les catacombes parisiennes ?

Publié dans Langue de Bois

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article