Quotidien : 16 Septembre 2006

Publié le par 2L

 

Quotidien : 16  Septembre  2006

De l’Hypocrisie à l’Irresponsabilité

Cette société qui se dit de demain se revoie la baudruche dans le miroir aux alouettes. Evidemment, à force de se faire intoxiquer par les médias à longueur de journées, par des balivernes de circonstances appuyées par des sondeurs et des sondages de calibre menteur imperméable. Les quatre chemins de l’oie sont sans issues mais toujours avec une voie de garage comme dans les polars américains. La presse à moins d’un an d’une nouvelle partie de poker menteur est titillée comme ces femmes - gamines qui dandinent leurs derrières au rythme de la présence d’un mâle ruisselant. Elle se barbouille de sondages persifleurs, se gausse de chiffres comme les dindons de leurs cris saccadés aux onomatopées cadencées de leur démarche pitoyable.

Les uns prennent partie pour untel, et les autres pour unetelle. Tous les artifices du puzzle ne servent qu’à accrocher, par des leurres savamment dosés, des proies tuées au matin du jour. Les idées ne fusionnent guère mais débarrassées des contingences de l’honnêteté, mystifient les lecteurs au fil des jours et de la lecture. Cela a parfois une résurgence de la mentalité au quotidien des futurs électeurs, ceux qui, avec un lamentable petit carton, viennent jeter dans l’urne leur dévolue de déception journalière.

Assommées par d’innombrables palabres contradictoires et réversibles à souhait, les émissions télévisées et radiodiffusées ne manquent pas de dividendes dans les dépenses de la démagogie intellectuelle à l’enflure de la goujaterie verbale. Mais parfois le procédé, indélicat ou pervers, innocent ou génial, renvoie le lecteur dans le fond de son fauteuil engoncé et terni par les ans. Il arrive à la presse de donner la parole aux quidams de la rue pour leur soutirer quelques indications sur la politique des candidats à la présidence de la République en 2007. Encore faut-il que ces quidams sachent qu’ils vont voter pour le candidat qui concentre dans son projet les objectifs de leur propre conviction ?

Le journal « Le Monde » du 12 septembre dernier donna ainsi la parole à quelques pégreleux de la nation ; les propos étaient virevoltants, absents de bon sens …..

Un premier sondé qui a toujours voté pour la gauche, sauf pour Chirac en 2002, histoire de contrer Le Pen !!! ‘’ Je commence à me lasser de l’angélisme de la gauche, de son hypocrisie à parler de la pauvreté alors qu’elle habite les beaux quartiers et envoie ses enfants en Angleterre ‘’. 53 ans qu’il a, le pauvre, des soins ophtalmologiques lui seront nécessaires !

Une deuxième sondée avec l’assurance du melting-pot : 1981, c’était Mitterand, 1988 déçue de la gauche, Chirac dans son urne. ‘’ En 1995, j’ai choisi Arlette Laguiller au premier tour pour m’amuser, puis Chirac au second. En 2002, j’ai voté Bayrou……puis au second tour Chirac’’. C’est ce qu’on appelle une vraie toupie ! Un jeu sinon rien ….. 

Une troisième qui s’apitoyait sur la gauche en 1981 en votant Mitterand, oscillait entre Barre et Chevènement (qu’ont-ils de commun ?) et en 2002, sans problème, elle donnait son ticket ‘’ au Front National au premier et au second tour. Je me suis servie de ce vote comme dans une partie d’échecs’’. Mais elle aimerait voir une femme présidente mais voterai pour Sarkozy ! En voilà une qui connaît sa voie et ce sans détours : la fiabilité dans le raisonnement et la clairvoyance dans le comportement social. Encore un autre jeu ……. 

Un jeune, de la deuxième génération, ne sait s’il est de gauche ou de droite mais ‘’ J’ai voté pour la première fois en 2002. J’avais choisi le jeune, là, Besancenot, parce que j’ai trouvé qu’il dépotait, avec son blouson et que c’était le seul jeune ‘’. A part cela il ne savait de quel côté penchait son courant affectif ?

Une autre cinquantenaire dans la santé a toujours voté à droite. ‘’L’angélisme de la gauche m’énerve souvent. Mais si Ségolène Royal persiste à dire ce qu’elle dit aujourd’hui, je voterai pour elle. Ce n’est pas parce qu’elle est une femme. D’ailleurs sur ce plan, je la trouve un peu trop pincée. Et si le PS l’empêche de se recentrer, je reviens vers Sarkozy ‘’. Ah cette fidélité à la même corporation féministe. Et mis à part son côté pincé, Ségolène Royal ne fait pas de l’angélisme ? Encore une dame qui aime les vêtements réversibles !

Bref, avec ce panel de français et françaises, futurs électeurs potentiels, la France s’enfonce dans la grisaille de l’incompréhension à percevoir la gravité d’une élection, une incompréhension mâchouillée de l’immense irresponsabilité. Les jugements ne sont pas orbitaux laissant la place au désordre de l’esprit et compatissant à l’imbroglio de genre. Ce comportement à la limite de l’inconscience ne peut que donner à une nation les fouets épineux pour s’autoflageller. La France est devenue un pays égoïste et individualiste dont le raisonnement revient en termes d’assistanat et de manque de clairvoyance. La souricière se referme comme aux temps anciens. Les cortèges incessants de manifestations résument, non pas la grogne de la besace à moitié vide ou à moitié pleine, mais l’incapacité au jugement collectif et à l’anesthésie par syndicats et partis politiques interposés.

On en arrive à ce constat pour les prochaines élections : les jeunes voteront pour les jeunes, les femmes pour une candidate, les vieux pour un senior ……. Les hurluberlus de gauche pour la droite et les va-nu-pieds de droite pour la gauche ! Et le boomerang a parcouru son trajet ….

Publié dans Quotidien ( Le )

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article