Le Nombrilisme du Pouvoir -- La Justice -- justiciable ou justicière

Publié le par Un Outré

 

La Justice … justiciable ou justicière

Stratégie d’une commande ….

Voici de nouveau la France dans la tourmente de ses contradictions et de ses perversités chroniques. A force de se lisser le poil tel le chat, on en finit par perdre la parure. Les farceurs de ce pays sont toujours prêts à bondir sur les ballons de baudruches pour se restaurer de leur mépris pour les autres.

Après deux mois d’extase au clair d’été, nous voilà avec des puces, au bas du dos, qui se grattent comme chiens à la porte de la chambrette.

Un ministre de l’Intérieur qui lance une bombinette de foire contre la fenêtre des magistrats et l’embrasement de toute la justice se fait jour comme dans Apocalypse Now. Loin de comprendre à fond les soubassements de ces historiettes, l’on peut se demander comment la France peut-elle se comporter de façon digne par rapport aux autres communautés internationales. Les étrangers vont finir par croire que c’est en France que la Commedia dell’arte a été inventé par les gaulois de la meilleure espèce.

Bien, la Justice en France est intouchable, le Pouvoir pour le Pouvoir, et elle tient à le rester. Mais qu’un ministre, soit-il de l’Intérieur, vienne titiller sur le travail et surtout sur l’appréhension des jugements prononcés par les juges, cela ne se fait pas, cela est contraire à tous principes de séparation des pouvoirs entravant cette inamovible indépendance du Pouvoir sacré de la Justice. Mais en ces temps troubles, trop troubles pour être subjugué par quelques éclaircissements notoires, les ‘’ affaires ‘’ touchant la Justice (Outreau 1,2 et 3 dans le nord, Allègre dans le sud et tant d’autres etc …) ne font qu’amplifier ce souffle d’incompréhension croissante, dans le for intérieur du commun des mortels. Cette Justice se prendrait-elle pour une justiciable à demeure ? Loin des préoccupations patentes de son état ? Ou de son incurie insolente et peu compatible à la simple notion de Justice juste ? A moins que cela ne soit qu’une stratégie subtile vers d’autres actions ou subterfuges malins et bien réfléchis ! Le mot Justice est à la fois Noble et Insultante. C’est la caresse et la gifle qui suit. C’est le sourire par devant et le couteau dans le dos.

Qu’un ministre de l’Intérieur vienne vaquer dans l’auge des juges, c’est un non-sens, un crime de lèse-magistrats ! En osant critiquer, par constat du Préfet, les résultats du travail des juges d’un département, à propos des sanctions contre délinquance des mineurs. Quel tollé ! La critique envers cette institution, c’est tout sauf cela.

Si bien que le premier Président de la Cour de cassation monte au créneau et demande au Président de la République une audience de premier ordre, en urgence.

Cela fait penser à ces histoires navrantes de nos compatriotes.

Un Enseignant d’un collège, mécontent de son principal, s’en va se plaindre, non pas à son Recteur, qui est la représentation tutélaire de son institution dans une académie, mais directement à son Ministre de l’Education Nationale.

Un licencié d’un club sportif, mécontent d’une compétition, s’adresse directement au Président de la Fédération, tout en niant les représentants de cette institution que sont les présidents du département et de la ligue.

A ce train, bientôt, nous verrions les catholiques, suite aux récentes interventions universitaires du Pape, s’adresser en ligne directe à Dieu le Père, des oraisons jaculatoires !

Ce besoin de démocratie à double battants, directionnelle et participative, s’enclenche de façon innée, ignorant les règles dictées par cette même démocratie. Le terrien de ce pays se prend pour le connaisseur de toutes règles déréglées.

Des appréciations du premier Président de la cour de cassation, nous retenons

En premier lieu ceci : ‘’ la « nouvelle atteinte à l’indépendance de l’autorité judiciaire » par le ministre de l’Intérieur et la « polémique qui s’ensuit, opposant les institutions, affaiblissant autant le crédit de la Justice que l’autorité de l’Etat ». Mais le fait de savoir que, dénoncer les insuffisances ou les dérives du fonctionnement de la Justice, permettra à celle-ci de retrouver sa plus grande sérénité dans son mea culpa et, de la même façon, rendra plus crédible l’autorité de l’Etat. Qu’un magistrat, de par son éthique personnelle, persévère à ne pas sanctionner un jeune délinquant multirécidiviste, c’est, tout compte fait, donner à ce jeune les pleins pouvoirs d’exercice par caution interposée.

En deuxième lieu ceci : « la stigmatisation de la Justice à travers des formules chocs et réductrices peut s’avérer dangereux et réjouir ceux qui ne respectent pas les lois de la République ».

          1/ Ceux qui ne respectent pas les lois de la République sont ceux qui, en la défiant, savent que la Justice ne lèvera pas le pouce contre eux (voir l’exemple ci-dessus) et que, quoi qu’ils fassent, la clémence leur sera toujours accordée et servie. Dans l’émission télévisée du 10 septembre ‘’ zone interdite’’, une équipe de journalistes a suivi la BAC d’une ville de province. Cette section de la BAC a interpellé un individu scotché avec une mineure et vivant de larcins, de vols etc …. A chaque incarcération, l’individu était relâché par la Justice. Ce n’est qu’à la dix-septième fois que cette même Justice, lors d’une audience paternaliste, a levé le doigt pour infliger --- généreusement --- cinq mois de prison … avec sursis ! Tout en ayant auparavant soustrait à l’intéressé, en pleine audience, une promesse de non récidivité. Le lendemain, le même individu était sous les verrous pour effraction dans un immeuble ! Sans commentaires.

           2/  Ceux qui ne la respectent pas, et que la Justice dénoncent ardemment, sont ceux-là mêmes qui voudraient que cette Justice soit juste et qu’elle participe à la paix sociale. Les ‘’Affaires’’ (Outreau 1,2 et 3 – l’affaire Allègre  etc ….) sont là pour nous rappeler que cette Justice a quelque chose qui la démange. Faut-il voir dans les sondages du 24 septembre une préface à la prévention ? Certes les sondages sont largement diffus et orientés de prime abord qu’ils arrivent à nous apporter des nausées teintées d’antibiotiques. Dans ce cas présent, ou ils sont erronés, ou alors sont-ils bien en-dessous de la vérité. La connivence et manipulation sont téton et mamelle de concert.

Alors le ministre de répondre sur une radio : « l’Indépendance, ça ne veut pas dire que le seul pouvoir en France où l’expression d’une opinion sur les conditions d’exercice de ce pouvoir, serait remise en cause de son Indépendance ? Il faut que j’y pense … à devenir magistrat, ça va devenir confortable  …. Ça doit faire rêver des journalistes, des chefs d’entreprise, des médecins, des professions libérales, des commerçants  …. ».

Mais en faisant tout simplement de la politique fiction, on pourrait penser à ce genre de scenarii, peut-être pas possible mais aussi plausible.

          A/ Imaginons, d’un côté ….. Le ministre de l’Intérieur, pour peaufiner sa future campagne présidentielle, a-t-il besoin de savoir quel est le degré de résistance de ses adversaires ? La Justice, et la Magistrature en général, avec un syndicat bien ancré à gauche, lui servent de planche à frotter sur le chapitre bien épineux de la sécurité. Il flatte du même coup les extrêmes pour leur faire comprendre qu’il est aussi capable d’orchestrer l’envol des ballons sondes.

          B/ Imaginons, de l’autre côté ….. Pour aider l’opposition, qui est aussi de leur bord politique, certains magistrats se sont donnés le mot pour relâcher tous les turbulents et délinquants de la fournaise des banlieues afin de susciter la pagaille dans les rues (étudiants, CPE ….) pour assurer, en arrière garde, une plus grande empreinte de la déstabilisation de ce même ministre, par trop s’en va-t’en-guerre. Du même coup, d’autres profitent de l’aubaine pour circuler plus librement  sur le territoire et transiter un tas de bombinettes en attendant de meilleurs jours pour actionner les feux d’artifice !

Il y en a qui sont morts de rire dans les autres pays ….. Le comique troupier, une spécialité bien française.

Publié dans Nombrilisme du Pouvoir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article