La Langue de Bois : L'Aveuglement des Borgnes

Publié le par 2L

 

 

16. L’Aveuglement des Borgnes

A force de regarder et de toiser à droite, à gauche et surtout n’importe où, le Parti Socialiste finit, comme à son habitude, par oublier d’attraper la queue de Mickey dans les manèges pour titis demeurés, sortis à l’occasion des anniversaires de Mémé.

Mais le meilleur, c'est lorsque les jeunes du MJS et les futurs prétendants éléphants – les absents ne se contentant même pas de s'excuser" - à une éventuelle élection du pays,  se " pointent" vaillamment comme les nouveaux "faux mamelons" de Wonderbra au salon de la "flinguerie" de la Rochelle, le dernier week-end. Ils se comportent comme ces stickers de la série américaine "Sex and the city", placés dans le bonnet du soutien-gorge pour faire saillie, afin que les naïfs adhérents puissent se pourlécher les babines, en se croyant dans le lit parfumé de Samantha, l'une des quatre fesses quadragénaires chaudement pimpantes. 

Et ce, en attendant la sortie de la quinzaine de livres dans les librairies, encensant tristement la déroute d'un parti politique qui a perdu à la fois ses valeurs et sa foi. Comme disait un réverbère de ma rue, " Il y a des nullités qui ressemblent au sexe du pape". Jamais, oh grand jamais, on a brillamment salué une défaite avec autant d'écrits aux écrins d'autodafés. Mais il est vrai que nous sommes dans un pays où le masochisme de la deuxième place se reconnaît comme une victoire laissée aux autres, à l'emporte-pièce. Tout le monde adore – les français en général – la " Poulidorimanie", en béatifiant l'argumentaire inodore du perpétuel perdant et en rejetant la transcendance de la victoire. Laissant dans le tréfonds lointain des archives, des Anquetil conquérants …… 

------------------------------------

Lundi 30 Juillet 2007 

 

15. Le Boubou de la Morale rosacée

Il est venu l'heure de la mesure et celle de la démesure, pour essayer de rebâtir la casemate au toit perforé par de multiples aberrations de pensées et de langage plus au moins saugrenues et très souvent dénuées de bon sens.

Alors on met en avant les tribulations iconoclastes des éléphants du parti, qui n'ont pas et pas pu relancer la machine à gagner les élections, quelles qu'elles soient. Dans cette formidable jungle où les animaux patauds, qui n'ont plus que la gueule enfarinée pour se couvrir du pâle soleil de cet été mouillé, se font ricaner par des marsupiaux quinquas qui apportent la langue de bois assaisonnée de contresens alambiqués et irrévérencieux. Quand l'un, Laurent Fabius, se prend pour un "sage actif", nouveau métier inscrit à l'ANPE du coin. Quand l'autre, Jean-Marc Ayrault, pour marquer son audace ésotérique, se dote d'un "gouvernement fantôme", contesté, mais heureux de ne pas avoir en sous-main un autre clone de " gouvernement hyper fantôme" pour zyeuter sur le sien afin de meubler le verticalité du ridicule en politique politicienne. Tout en se maquillant en para de théâtre pour vilipender Jacques Lang dans une guéguerre de tranchée picrocholine, larmoyante et improductive, au vu des valeurs que prône le PS après la débâcle. 

Ce PS qui se narrait en un …. "idéal socialiste ….. en s'affublant comme un …. parti de transformation sociale …. qui s'ancre dans … la démarche du socialisme démocratique … avec un but laconique qui est celui d'apporter des réformes … au service des espérances sociales"

Il est vrai qu'à force de repasser les mêmes plats de la défaite, le PS risquerait de ne pas faire ressusciter les morts, encore moins les morts-vivants. Quand surtout, il marchande sur les rêves des pubères infantiles en désamour avec l'élégante mythique de la vertu, il s'empêtre dans des virements sur place qui ne laissent guère de portes de sortie à la rénovation. Quand des "jeunes lions", type Arnaud Montebourg, n'ont rien à proposer de tangible, sauf la langue de bois, que nos ancêtres des 3ème et 4ème républiques avaient souvent traficoter dans les bananeraies de nos anciennes colonies ! Toujours du même, qui avance d'un pied ferme en fustigeant le PS que "c'est le symptôme d'un parti qui a excessivement cultivé le goût de l'intérêt (sous-entendu  -- personnel !) plutôt que l'amour des convictions (personnelles – bien sûr). La décomposition d'un système bâti il y a trente ans est une évidence". Le sachant déjà et d'abord, comment a-t-il alors adhéré en toute connaissance de cause ? !!! Le masochisme n'étant pas forcément une thérapie de circonstance, tout en faisant parti de la bande du socialisme ! Quant au traumatisme de Jacques Lang, le jeune lion ouvre la mâchoire : "Jacques Lang aurait dû demander un mandat au groupe socialiste. Dès lors qu'il n'a pas choisi de le faire avec nous, il reprend sa liberté". Arnaud Montebourg a certainement la mémoire bien courte : a-t-il demandé la bénédiction du parti pour créer avec Vincent Peillon, le NPS, afin de voter contre la constitution européenne ? Belle langue de bois ne s'émeut guère de l'hypocrisie.

Pendant ce temps, certains membres des instances du PS s'auto-analysent sur le sofa des psycho gourous, en s'ingurgitant d'orviétans sulfureux, surtout en mettant dans le même bain la gauche toute entière, histoire de s'amuser en de bonnes compagnies, "Au total (après les 2 défaites), les socialistes français sont sortis de cette période avec des querelles intactes mais sans une ligne politique opérationnelle sur les sujets essentiels. …. L'objectif ne saurait être d'effacer ou de supprimer ces contradictions. Elles ne sont pas seulement celles du PS, mais celles de la gauche entière ……". Ainsi, le PS s'était présenté devant les français avec de la poudre de Perlin Pinpin, des querelles intestines, pas de ligne politique, des contradictions …. en bernant 47 % des français, sous toutes les formes ! Que disent-ils, ceux qui ont déposé un bulletin dans l'urne socialiste, le filet des rêves enfuis, le piège des amertumes aux lendemains sans soleil ….? Pas beau tout ça !!! 

Publié dans Langue de Bois

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article